Bréguet Deux Ponts Bréguet 761 AIR FRANCE F-BASN 1/50th Scale Solid Model

Le Breguet Deux-Ponts est un avion de transport de fret et de passagers qui a été exploité entre 1953 et 1972. Son nom lui vient du fait qu’il peut accueillir des passagers sur deux ponts et non un seul comme sur la majorité des avions de ce type. Il est le premier à posséder cette caractéristique.

La conception du Breguet 760 débuta en 1938 mais la Seconde Guerre mondiale repoussa sa sortie. Le projet est basé sur les ailes et les empennages du Breguet 730, un grand hydravion réalisé en 1938, qui ont parfaitement donné satisfaction. Les études reprirent après la Libération de la France sous la désignation Breguet 761 et en 1946 le dossier d’avant-projet est transmis au ministère de l’Air et approuvé par le ministre Charles Tillon. Celui-ci accepte le lancement d’un contrat de prototype et, avant même que ce dernier ait volé, donne en mars 1947 son accord à l’industriel pour la fabrication de 15 cellules1.

La fabrication du prototype débute à Villacoublay, où Louis Breguet dispose de hangars de dimensions adaptées, et se termine à l’automne 1948. Après des essais de roulage au sol, le premier vol de l’appareil avec des moteurs Gnome et Rhône eut lieu le . Au poids de 28 tonnes, le Br 761 décolle de Villacoublay sur 350 mètres et se pose sans incident à Brétigny. A l’issue de ce premier vol, le prototype est amélioré : la surface des deux dérives est augmentée, et une dérive centrale, sans gouvernail, est ajoutée pour compenser une certaine instabilité en lacet.

L’appareil s’est révélé très sous-motorisé, ce qui entraîna pour la future production en série l’étude d’une version plus puissamment motorisée avec des moteurs Pratt & Whitney, désignée Br 763 Provence. Ces appareils furent exploités par Air Franceprincipalement sur la ligne ParisAlger et vers la Corse entre 1953 et 1963. Ils furent ensuite utilisés par Air France comme avions cargo jusqu’au début des années 1970. Les avions, qui n’étaient pas à bout de potentiel, ont été versés à l’armée de l’air française.

À l’origine Air France ne voulait pas de cet avion, dont la commande lui a été imposée par le gouvernement français, mais en découvrant ses grandes qualités, notamment polyvalence, sûreté, fiabilité et économie, la compagnie aérienne a totalement changé d’avis à son sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *