C-160 Transall 1/20th Scale Solid Model

Le C-160 Transall est un avion de transport militaire en service actif dans cinq pays, et qui a été produit jusqu’en 1981 par un consortium franco-allemand. Il est équipé de deux portes latérales arrières, escamotables, pour le largage de parachutistes équipés de SOA (Sangles d’Ouverture Automatique) et d’un ensemble porte et rampe axiale à l’arrière, permettant le chargement du fret et le largage de matériel. Les chuteurs libres peuvent aussi utiliser cette ouverture pour sauter.

Le Transall a des capacités de décollage et d’atterrissage courts (1 000 m et 600 m), à partir de terrains sommaires (herbe, latérite). Ses moteurs sont équipés d’un système de synchronisation de régime et de synchrophasage d’hélice (pale d’hélices au même endroit sur chaque moteur), efficace une fois atteinte la vitesse de croisière, permettant de diminuer le bruit et les vibrations.

Pour le décollage, un système d’injection d’eau additionnée de méthanol permet, en augmentant la masse volumique de l’air et en apportant du carburant supplémentaire (le méthanol), de récupérer la puissance maximum des moteurs. Il permet de suralimenter le moteur pendant quelques minutes, afin d’augmenter la masse au décollage dans des cas difficiles (piste courte ou température élevée).

Pour l’atterrissage, il est équipé de volets hypersustentateurs, d’aérofreins et de « reverse » (inversion du pas hélice) qui permettent des atterrissages très courts. Les approches dites « grande pente » (10-15°) limitent les risques d’être touché par des missiles sol-air portables ou des armes légères tirant depuis le sol (caractéristique que n’a pas son concurrent le C-130). Par exemple à Sarajevo, où un G-222 italien avait été abattu à l’atterrissage par un SAM portable8, les C-160 descendaient à un rythme de 4 000 pieds/minute. Les atterrissages de type « posé d’assaut » permettent un déchargement rapide de personnel ou de matériel sur la piste, suivi d’un redécollage immédiat. Cela limite au minimum le temps d’exposition aux tirs ennemis.

Le Transall est équipé d’un système permettant des largages à très faible hauteur (3 mètres entre la rampe arrière et le sol) de colis et véhicules légers. Ils sont alors arrimés sur des palettes, qui glissent sur le sol et sont freinées par des parachutes. De plus, l’impact est amorti par un système de palettes en carton, qui s’écrasent et absorbent une partie du choc à la place du colis. Bien que nécessitant une vérification préalable au sol de l’état du terrain, ce système a surtout l’avantage de permettre de livrer armes, matériel, vivres et véhicules à des unités parachutées, dans des endroits où l’atterrissage est impossible ou dangereux.

Les hélices, fabriquées sous licence par la société Ratier à Figeac, ont le record du plus grand diamètre : 5,486 m. D’abord en alliage d’aluminium, elles sont aujourd’hui aussi construites en matériaux composites. Elles ont été conçues par Hawker Siddeley Dynamics et Ratier Figeac. Elles se composent d’une coque en fibre de verre remplie de mousse type « mousse expansée », ensuite, 8 couches de fibre de carbone en couches croisées, 2 couches de fibres carbone/kevlar en couche croisées. Par-dessus le tout est appliqué un mastic, puis de la peinture anti-érosion résistante aux U.V.

La dérive est la plus grande ayant existé pour un avion à hélices. Elle culmine à 12 mètres au-dessus du sol environ.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *